Dois-je me faire opérer du genou ?

Dois-je me faire opérer du genou ?

Les douleurs aux genoux peuvent être handicapantes ou douloureuses.

Le chirurgien orthopédiste peut préconiser une intervention chirurgicale.

Cet article va vous aider à peser le pour et le contre.

Pourquoi se faire opérer du genou ?

Lorsque vous souffrez de douleurs chroniques au genou, ou suite à une blessure, la première chose à faire est de consulter votre médecin traitant.

Généralement, il vous oriente vers le radiologue pour établir un diagnostic précis.

Puis il peut confier son patient au spécialiste : l'orthopédiste ou le rhumatologue. L'orthopédie est une spécialité chirurgicale des membres et du rachis.

Il existe de nombreux types d'opération des genoux.

Voici les plus fréquentes :

  • Ligamentoplastie, en cas de rupture des ligaments.
  • Ménisectomie sous arthroscopie.
  • Arthroplastie, ou pose d'une prothèse du genou.
  • Ostéotomie, en cas de déformations osseuses ou articulaires.

Chirurgie du genou

Puis-je me faire opérer du genou ?

C'est l'orthopédiste qui tranche sur l'intérêt d'une chirurgie ou non.

Chaque cas est bien spécifique, et dépend de nombreux paramètres.

L'opération n'est pas toujours judicieuse.

Par exemple, si le cartilage est déjà usé, le chirurgien ne propose pas d'ablation du ménisque.

Autre exemple : une personne âgée, avec d'autres pathologies et en surpoids, ne va pas récupérer aussi vite qu'un jeune sportif.

Ma voisine de 50 ans est obligée de boîter avec une béquille après une fissure du ménisque, car elle n'est pas opérable. Elle se contente de prendre des anti-douleurs, recevoir des infiltrations, et mettre une genouillère. Elle rêverait d'une chirurgie.

L'opération est-elle fiable ?

La majorité des interventions chirurgicales se passent bien, car les chirurgiens orthopédiques sont de grands professionnels.

Après, l'inconnue est comment le corps va réagir.

Les complications sont rares, mais il faut savoir qu'elles existent.

Je peux ici raconter ma propre histoire. J'ai subi une ménisectomie du genou gauche en ambulatoire en 2016, suite à une fissure du ménisque qui m'empêchait de courir sans douleur. Le chirurgien m'a dit juste après l'opération qu'il avait constaté des signes d'arthrose.

J'ai ressenti de grosses douleurs au bout d'un mois, en pleine rééducation. Alors que selon le chirurgien, à ce stade-là, mon genou aurait dû être presque guéri.

Finalement, j'ai mis presque 6 mois à récupérer du genou.

Cascade

La chirurgie est-elle adaptée à mon cas ?

Mon conseil, étant donné que je me suis jeté à l'époque tête baissée dans l'opération sans étudier les risques, est de bien réfléchir.

Une chirurgie n'est jamais anodine.

Il est conseillé de :

  • essayer les thérapies médicamenteuses disponibles et la kinésithérapie au préalable.
  • peser le pour et le contre.
  • étudier sa pathologie.
  • bien comprendre ce qu'une intervention chirurgicale implique.
  • lire des témoignages.
  • discuter des risques avec le chirurgien.
  • se donner plusieurs semaines de réflexion.

Vous êtes responsable de votre corps ! Sauf cas d'urgence, personne ne vous imposera un acte chirurgical.

Puis-je récupérer entièrement après une chirurgie ?

Certains récupèrent à 100%, d'autres se plaignent à vie de douleurs lors de la descente des escaliers par exemple.

Le degré de récupération dépend de nombreux paramètres :

  • Le type d'intervention.
  • L'âge.
  • La santé générale (alimentation, sommeil, etc).
  • Les capacités de guérison du corps.
  • Les exercices de rééducation.
  • La volonté.
  • L'activité physique (ni trop, ni pas assez).
  • Les complications.

Vous avez l'exemple d'Annick qui a repris le sport activement après la pose de deux PTG (prothèses du genou).

Kinésithérapie

Que faire en cas de complication post-chirurgicale ?

Vous sortirez de l'hôpital ou de la clinique avec des devoirs à la maison :

  • Repos de la jambe.
  • Mettre de la glace.
  • Exercices physiques.
  • Séances de kinésithérapie.

Bien respecter les consignes permet d'éviter les complications.

Parmi les complications possibles, une infection bactérienne du site opératoire peut survenir, qui sera traitée par antibiothérapie.

La thrombophlébite peut également faire partie des complications, en raison de l'immobilisation prolongée: un traitement anticoagulant vous sera alors prescrit.

Rappelons que l'énumération des complications possibles vous sera faite par le chirurgien au préalable : cela fait partie du droit à l'information du patient.

Suivi post-opératoire

Les chirurgiens orthopédiques assurent un suivi. Vous aurez 1 ou plusieurs rendez-vous pour évaluer votre état, et votre degré de récupération.

C'est le moment de faire part des douleurs et doutes.

N'hésitez pas à avancer le rendez-vous si besoin, ou à demander une consultation supplémentaire, si vous vous souciez de l'état du genou.

Il est possible de faire prolonger l'arrêt-maladie, si vous ne vous sentez pas à 100%. Cela évitera le risque de rechute.

Personne n'est égal au niveau de la récupération. Si certains sont sur pieds en quelques semaines, d'autres mettent plus de temps. L'objectif est de finir par retrouver toutes ses capacités.

Parfois, les complications sont plus graves qu'une simple douleur. En cas de doute, consultez votre médecin traitant, ou rendez-vous directement aux urgences.

Existe-t-il des alternatives à la chirurgie ?

Le bistouri n'est offert qu'en dernier recours par l'orthopédiste, lorsque les autres solutions n'ont pas donné de résultats satisfaisants.

En cas d'arthrose avancée, le patient est parfois laissé avec peu d'alternatives, mis à part les anti-douleurs et les anti-inflammatoires per os ou par infiltration. Cela peut mener vers la pose d'une prothèse.

Toutefois, le choix reste vôtre.

Lavande

Conclusion

Un acte de chirurgie n'est pas un acte anodin. Il mène généralement vers une amélioration notable, mais parfois surgissent des complications.

Il convient d'être bien conscient des risques avant d'envisager toute intervention chirurgicale.

Les médecins sont là pour vous accompagner dans cette décision.

Cet article a été relu par notre médecin-conseil, le docteur Jean-Philippe. Merci à lui !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés